2 réflexions au sujet de « INTERVIEW RTBF : VENEZ FAIRE UN TOUR DANS MA TETE ;-) »

  1. Bonjour Monsieur Bauwen,

    Je viens de finir « seul à savoir ». Trois jours de suspense et de plaisir. Mais pourquoi, nom de nom, écrivez vous un roman au passé composé ?! C’est le premier roman que je lis de vous, je ne sais pas si vous écrivez tous vos romans au passé composé, mais j’ai trouvé cela inapproprié et gênant à la lecture.
    En tout les cas, le dénouement était complètement inattendu, un vrai plaisir !

    Bien à vous,
    Hind

    1. Salut Hind! Merci pour ce retour! 😉 Alors pour répondre à votre question de façon très précise, car j’aime bien le sujet 🙂 … J’ai tout testé : présent, passé simple et passé composé, 1ere et 3e personne.
      -SEUL A SAVOIR, que vous avez lu, est à la 3e personne et passé composé parce que la plupart des romans de Harlan Coben sont traduits en français au passé composé, et je trouvais ça très sympa à l’époque. C’est également un défi, car l’utilisation constante des verbes « être » et « avoir » nécessite un tas d’astuces. Mais surtout, cela correspondait à ce que je voulais faire en terme d’action, cela me permettait d’entrainer l’adhésion du lecteur d’une façon plus forte, me semblait-il à l’époque… Mais j’en suis revenu. Je trouve cela très limité, en fin de compte, et cela ne me correspond pas.
      -J’ai testé le classique Passé Simple / 3e personne, dans L’OEIL DE CAINE (1er roman)et surtout dans LES FANTOMES D’EDEN (4e roman, récit romanesque, le passé simple s’imposait). Classique indémodable, ça marche toujours. Mais je trouve cela trop impersonnel, pas assez impliquant à mon goût.
      -Le temps qui me convient vraiment lorsque j’écris est le… présent / 1er personne. MONSTER (2eme roman), LE JOUR DU CHIEN (5eme roman), et mon prochain livre sont tous au présent / 1ere personne. Les suivants le seront aussi.
      -Le présent est le temps qui me convient le mieux, car l’action se déroule en direct, sous nos yeux. C’est exactement l’impression que je souhaite proposer au lecteur. En outre, j’aime raconter une histoire à la 1ere personne, car je fais partie des écrivains « qui s’impliquent », c’est à dire qui vivent l’histoire et interpellent le lecteur (comme Djian, King…).
      -J’avais juste un petit doute sur mon choix entre « présent » et « passé simple » en terme de qualité d’écriture : le présent est plus brut, le passé simple permet une écriture plus intéressante et plus jolie. Mais j’ai finalement trouvé mon équilibre, je peux faire du « joli présent à la 1ere personne », il suffit de travailler un peu plus. Voilà tout!
      -Au total, il n’y a pas de règle, chacun essaye de trouver la façon d’écrire qui lui convient le mieux. Certains récits demandent un temps différent (par exemple, je peux écrire un flash back à la 3e personne et au passé simple intégré dans un roman au présent à la 1ere personne), mais les règles sont faites pour être contournées! L’écriture n’est qu’un moyen, un moteur que l’on bricole, pas une fin, à nous de nous en affranchir pour créer les meilleures histoires possibles!
      Voilà, vous savez tout à propos de mes tergiversations d’auteur sur l’utilisation des différents temps.
      Si vous voulez discuter, n’hésitez pas à faire un tour sur Facebook. Là aussi, c’est le réseau social qui me convient le mieux (je ne suis pas présent sur les autres). Excellente journée à vous!
      PB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *